Le menu d'Anna par Pascale

 

  

 

anna_def

 

 

 

Perdue de vue

 

 

 

 

anna

 

 

Juste après la guerre Anna «la polonaise» vient remplacer son mari, saisonnier dans une exploitation agricole à Walincourt, il s’est blessé et ne peut plus travailler et envoyer de l’argent à sa famille restée  au pays. Papa et maman démarrent leur petite entreprise, maman est très fatiguée, il faut l’aider… En tablier, un  foulard multicolore entourant son visage buriné et fier, c’est comme cela qu’elle arrive dans notre petite famille… Papa est derrière elle et porte maladroitement dans ses bras l’édredon d’Anna… C’est tout ce qu’elle a ! elle a tout quitté, mari, enfants, pays. Apatride, elle est : Russe ou Ukrainienne... Polonaise selon les frontières successives décidées par les guerres, mais, elle clame un jour de colère à mon père «  MOI ! pas Polonaise, MOI ! Ukrainienne... Anna nous suit à Roubaix et reste avec nous plusieurs  années. Un jour, elle décide de repartir chez elle et retrouver ses enfants. Elle promet de nous écrire, mais, dans sa langue natale… Elle ne sait pas écrire en français… Pas de problème nous avons un Russe dans la famille. Pas de nouvelles... Est-elle en liberté ? Isolée derrière le rideau de fer sous Nikita Khrouchtchev, enfermée au goulag, ses lettres ont-elles été interceptées... Mais, moi, je ne comprends pas tout cela, je pleure souvent et je ne sais pas pourquoi…

 

 

Le pain perdu

 

anna_5

 

Papa et maman sont de sortie... Nous allons avec Anna chercher un œuf ou deux au poulailler au  fond du  jardin. Anna  nous prépare ensuite 3 petits pains perdus avec le pain de la veille... On se lèche les babines en la regardant… Ça change de la  soupe qui nous fait grandir... Nous ! on veut rester petits, c’est ce qu’on lui dit !. La recette : fouette les œufs avec le lait et le sucre vanillé. Trempe les tranches de pain... Attention ne les laisse pas  trop ramollir. Dans une poêle fait fondre le beurre et fait dorer les tranches de pain sur les deux faces. Dispose-les  sur une assiette, saupoudre de cannelle et de cassonade. C’est fait ! 

 

 

Une maman poule

 

 

 

oeufs170

 

Le jour de pâques Anna décore la table familiale avec des œufs peints de couleurs multicolores. C’est la tradition dans son pays. Papa et maman ont caché pleins d’œufs en chocolat dans le potager. Avant le repas, cousins et cousines cherchons les petits œufs que l’on dépose avec précaution dans nos petits paniers de paille. En Russie, on porte les œufs au cimetière sur les tombes de la famille. Dès la sortie de la messe «Pascale» dans certaines régions de Pologne a lieu le rituel du combat d’œufs : chacun prend un œuf dur coloré et le toque légèrement contre celui du voisin. Celui dont l’œuf ne s’est pas brisé gagne celui de l’autre. Cette coutume est perçue comme un signe de bienveillance et de réconciliation.